Février 2018Nouvelles

2,5 millions de dollars pour la recherche sur la maladie d’Alzheimer et la démence

Les chercheurs de l’Institut Lady Davis (ILD) à l’HGJ sont parmi les spécialistes à l’échelle du Canada qui recevront une part de la subvention de 2,5 millions de dollars accordée par le gouvernement fédéral pour la recherche sur différents types de démence, y compris la maladie d’Alzheimer.

Les fonds sont fournis par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), dans le cadre de leur stratégie de recherche sur la démence. Outre l’HGJ, l’université McGill, l’Université de Colombie-Britannique, l’Université d’Ottawa et l’Institut national de la recherche scientifique du Québec recevront également une subvention.

Après la conférence de presse, plusieurs participants ont visité un laboratoire, y compris (debout, de gauche à droite) le Dr Hyman Schipper, chercheur principal à l’ILD, le Dr Yves Joanette, le Dr Howard Chertkow, Joanne Goldberg, directrice adjointe de l'Institut du vieillissement des IRSC, Anthony Housefather, Alan Maislin, le Dr Nahum Sonenberg, professeur de biochimie James McGill et titulaire de la chaire Gilman Cheney en biochimie au Centre de recherche sur le cancer Rosalind et Morris Goodman, à l’université McGill, et (assises, de gauche à droite) les chercheuses du laboratoire du Dr Schipper : Ariana Turk, Carmela Galindez, Ayda Tavitian et Marisa Cressatti.

Après la conférence de presse, plusieurs participants ont visité un laboratoire, y compris (debout, de gauche à droite) le Dr Hyman Schipper, chercheur principal à l’ILD, le Dr Yves Joanette, le Dr Howard Chertkow, Joanne Goldberg, directrice adjointe de l’Institut du vieillissement des IRSC, Anthony Housefather, Alan Maislin, le Dr Nahum Sonenberg, professeur de biochimie James McGill et titulaire de la chaire Gilman Cheney en biochimie au Centre de recherche sur le cancer Rosalind et Morris Goodman, à l’université McGill, et (assises, de gauche à droite) les chercheuses du laboratoire du Dr Schipper : Ariana Turk, Carmela Galindez, Ayda Tavitian et Marisa Cressatti.

Lors de la conférence de presse, qui a eu lieu à l’ILD le 23 janvier, Anthony Housefather, député de Mont-Royal à la Chambre des communes, a accueilli favorablement l’annonce et ajouté « qu’il ne faut pas oublier que cette maladie touche non seulement la personne concernée, mais aussi l’ensemble des membres de sa famille ».

M. Housefather, qui représentait la ministre de la Santé, Madame Ginette Petitpas Taylor, a précisé que l’un de ses objectifs « à l’échelle fédérale, le plus possible, était de convaincre la ministre de fournir des fonds pour ce problème très important ».

L’importance de coordonner les recherches sur la démence a crû au cours des dernières années, puisque plus de 400 000 Canadiens, âgés de 65 et plus, sont touchés par un type de démence. Parmi ces derniers, environ 280 000 souffrent de la maladie d’Alzheimer, une maladie dégénérative du cerveau dont la cause est en grande partie inconnue et pour laquelle il n’existe aucun traitement.

Les fonds seront consacrés à deux projets clés, soit :

  • un million de dollars seront utilisés pour appuyer l’établissement d’un réseau pancanadien de banque de cerveaux, qui sera lié à l’Initiative internationale sur la neuro-imagerie de la maladie d’Alzheimer (ADNI). Le réseau ADNI canadien de banques de cerveaux fournira du personnel et une infrastructure physique au programme ADNI international, et appuiera les dons aux banques de cerveaux et de tissus humains des programmes canadiens de recherche sur la démence.
  • un million et demi de dollars seront utilisés pour appuyer trois projets internationaux, auxquels participent des chercheurs canadiens et européens, subventionnés par le Programme conjoint de recherche sur les maladies neurodégénératives

Le réseau ADNI canadien de banques de cerveaux sera administré à l’ILD par un groupe dirigé par le Dr Howard Chertkow, cofondateur et directeur de la Clinique de la mémoire McGill/HGJ. À l’automne 2014, les IRSC ont nommé le Dr Chertkow directeur scientifique du Consortium canadien en neurodégénérescence associée au vieillissement, un réseau national de scientifiques ayant comme objectif de prévenir ou de retarder l’apparition de la démence et des maladies connexes.

« Nous prenons notre place à l’échelle internationale parmi les chercheurs chefs de file sur la démence», a déclaré le Dr Chertkow en janvier, peu après la conférence de presse. « Grâce aux patients qui donnent généreusement leur cerveau aux fins de recherche, nous sommes en mesure d’explorer les différences considérables dans la manière dont la démence se manifeste, et d’utiliser des renseignements précieux pour appuyer la progression de la recherche pour de nouveaux traitements ».

Previous article

Le chef de la Fondation de l’HGJ honoré pour sa carrière exceptionnelle en philanthropie

Next article

Le Sénat du Canada décerne une médaille du 150e anniversaire au Dr Bernard Lapointe

No Comment

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *