Août 2018Articles vedettes

Les employés du CIUSSS réchauffent les bébés prématurés, une maille à la fois

De tout petits bonnets de couleurs vives réconfortent les bébés prématurés et font sourire les parents et les membres de la famille au sein de l’Unité néonatal de soins intensifs (UNSI) de l’HGJ, grâce à un don des employés du CLSC de Benny Farm. En effet, en juin, le Club des abeilles tricoteuses a fait don de près de 100 bonnets, représentant cinq mois de travail.

« Nous sommes profondément reconnaissants de ce don », dit Lyne Charbonneau, infirmière-chef à l’Unité néonatal de soins intensifs de JGH qui, tout comme le CLSC de Benny Farm, est un établissement membre du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal. « Les parents sont toujours touchés quand nous recevons des bonnets. La laine des bonnets est vraiment très douce, mais elle est aussi très durable ».

L’un des bonnets donnés par le Club des abeilles tricoteuses aux bébés prématurés de l’Unité néonatal de soins intensifs de l’HGJ.

L’un des bonnets donnés par le Club des abeilles tricoteuses aux bébés prématurés de l’Unité néonatal de soins intensifs de l’HGJ.

Les mercredis, à l’heure du lunch, les vaillantes « abeilles » – toutes membres du personnel du Service des finances du CIUSSS – se réunissent pour tricoter un projet personnel ou une initiative caritative.

« Pour nous, le Club représente un moment de détente et une activité que nous aimons », explique André Charbonneau, l’un des deux fondateurs du Club et adjoint de direction à la Direction des services financiers. « C’est agréable d’avoir un endroit où nous pouvons oublier le travail, nous détendre et parler d’une chose qui nous plaît vraiment tout en faisant quelque chose pour les autres.

Quand les « abeilles » du Club ont contacté le Service des finances en disant qu’elles envisageaient de tricoter des bonnets pour les bébés, leurs collègues n’ont pas hésité à faire des dons pour financer le projet.

« Soudainement, les porte-monnaie se sont ouverts » ajoute Johanne Dugas, l’autre cofondatrice du Club et technicienne en administration au Service de la paie. J’ai fait des recherches pour savoir quelle laine était acceptée; ensuite, nous avons passé la commande et nous sommes attelés à tricoter. Nous avons choisi les bonnets parce qu’ils sont faciles à tricoter pour les débutantes ». Les abeilles tricotent aussi des bonnets pour les bébés nés à terme.

« Je crois que nos bonnets feront sourire les mamans et les papas en raison de leurs couleurs vives », dit-elle. J’espère que les parents les garderont et diront plus tard à leur enfant qu’un bonnet spécial a été tricoté pour elle ou lui ».

À l’automne, le Club a des projets encore plus ambitieux. En effet, Madame Dugas dit que les membres du groupe tricoteront des carrés de 30 cm sur 30 cm, qui seront assemblés pour faire des couvertures pour les sans-abris. Monsieur Charbonneau ajoute que les membres espèrent également tricoter des chaussettes pour la même cause. Les tricoteuses et tricoteurs plus chevronnés du groupe envisagent même de tricoter des prothèses mammaires pour les survivantes d’un cancer du sein.

« Il n’y a pas de limite. Nous sommes ouverts à tous les projets et à toutes les causes », dit Monsieur Charbonneau, avant de souligner que le groupe ajoutera une deuxième rencontre hebdomadaire à leur horaire actuel. « Plus les membres du personnel seront intéressés, plus nous recevrons de dons pour acheter de la laine, et plus nos projets seront ambitieux ».

Les personnes souhaitant faire un don au Club des abeilles tricoteuses ou qui aimeraient se joindre au Club peuvent communiquer avec Monsieur Charbonneau par courriel.

Previous article

Conseillère-cadre en soins infirmiers nommée vice-doyenne adjointe à l’université McGill

Next article

Donner un sens à une vie altérée par un cancer avancé

No Comment

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *