NouvellesSeptembre 2018

Un chef de l’HGJ dirigera le nouveau Département provisoire de médecine d’urgence, à l’université McGill

Le Dr Marc Afilalo, chef du Département de l’urgence à l’HGJ, sera le premier titulaire de la chaire du Département provisoire de médecine d’urgence, nouvellement créé, à l’université McGill.

Bien que le Dr Afilalo et deux autres chefs de Départements, soit le Dr Jean-Marc Troquet, du CUSM, et le Dr Rick Mah, du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île, aient reçu le feu vert pour la création du Département, ce dernier obtiendra son statut à part entière seulement en 2020, après l’approbation des documents de suivi.

Le Département regroupera les compétences des membres du personnel de cinq Départements de l’urgence chefs de file à Montréal : un du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal (l’HGJ), deux du CUSM (le campus Glen et l’Hôpital général de Montréal) et deux du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal (le Centre hospitalier de St. Mary’s et l’Hôpital général du Lakeshore).

« Il s’agit d’une source de grande satisfaction pour moi », dit le Dr Afilalo, en parlant de la décision prise par l’université McGill en juin d’approuver la création du Département. « L’un des traits de caractère des urgentologues est de ne pas renoncer quand nous croyons profondément en quelque chose. Mais, je ne m’attribue pas tout le mérite pour ce que nous avons accompli. Nous avons réalisé notre objectif grâce aux efforts conjugués de notre groupe, qui est très, très uni ».

« L’un des traits de caractère des urgentologues est de ne pas renoncer quand nous croyons profondément en quelque chose. ».

Le Dr Afilalo note qu’habituellement dans les universités, une spécialité médicale est d’abord lancée comme une Division au sein d’un Département plus vaste, et devient un Département à part entière seulement par la suite.

Toutefois, en raison de l’importance de la médecine d’urgence comme spécialité, et de la proposition très convaincante présentée à l’université McGill, les dirigeants ont accepté de créer un Département au statut provisoire. Le Dr Afilalo attribue le mérite de cette décision aux hauts dirigeants de l’université, et notamment au Dr David Eidelman, vice-principal, Santé et Affaires médicales, et doyen de la Faculté de médecine de l’université McGill.

« Le Dr Eidelman nous a énormément soutenus dès le début du processus », explique le Dr Afilalo. « Il a travaillé sans relâche pour nous guider vers le résultat auquel nous sommes parvenus aujourd’hui. Ce Département n’aurait pas été créé sans son appui ».

Même si les Départements de l’urgence sont des joueurs clés de longue date dans les hôpitaux de soins généraux, il y a relativement peu de temps que les établissements universitaires reconnaissent la médecine d’urgence somme une spécialité méritant son propre Département.

Selon le Dr Afilalo, deux types de médecins travaillent actuellement au sein des Départements de l’urgence des grands hôpitaux universitaires canadiens, comme l’HGJ, soit :

  • des spécialistes qui ont effectué le programme de cinq ans du Collège Royal des Médecins et Chirurgiens, souvent suivi d’une bourse de recherche (FRCP). La carrière de ces médecins est généralement orientée davantage vers le milieu universitaire, y compris vers la recherche, l’enseignement et l’innovation clinique;
  • des médecins qui ont effectué leur résidence en médecine familiale, et qui ont ensuite suivi une année de formation supplémentaire pour accroître leurs compétences en médecine d’urgence (CCFP.EM). Au cours des dernières années, ces médecins ont passé plus de temps à travailler concrètement en médecine d’urgence qu’auparavant.

D’après le Dr Afilalo, à titre de Département à l’université McGill, la médecine d’urgence aura un rôle de chef de file de premier plan dans ce domaine et deviendra une voix crédible pour aider le gouvernement à élaborer une politique. Le Département sera également en mesure de développer des directives fondées sur les faits pour aider les médecins à rehausser la qualité des soins d’urgence qu’ils prodiguent.

« Notre objectif est de créer à l’université McGill une plate-forme qui nous permettra à tous de travailler dans un environnement plus structuré, pour améliorer les soins prodigués aux patients et leur sécurité, accroître nos connaissances et partager ces connaissances à l’échelle nationale et internationale. »

« La priorité du nouveau Département sera d’approfondir la recherche concernant la médecine d’urgence », de dire le Dr Afilalo. De plus, il espère que plus formation sera offerte dans d’autres sous-spécialités à l’appui de domaines bien établis liés à la médecine d’urgence, comme les ultrasons, les traumatismes et la toxicologie.

En collaboration avec ses collègues, le Dr Afilalo souhaite également créer de nouveaux protocoles fondés sur les faits afin d’harmoniser les soins cliniques à l’échelle du réseau de l’université McGill. « L’objectif n’est pas de dire que tous les médecins doivent agir de la même manière; leur jugement et leur expérience personnels sont essentiels. Toutefois, nous pouvons promouvoir des lignes directrices, appuyées par des preuves, pour leur permettre de mieux investiguer et de prodiguer des soins plus adéquats ».

Dr Afilalo ajoute qu’il s’attend à ce que le nouveau Département « unisse nos efforts et mette l’accent sur les personnes, plutôt que sur la structure. Notre réussite sera fondée sur l’absence de frontières – seulement sur des médecins qui mettent leurs savoir-faire en commun et donnent de leur temps pour le plus grand bien de la médecine d’urgence à l’université McGill. C’est tout simple! »

Previous article

À la mémoire du Dr Arthur Rosenberg

Next article

La retraite peut attendre quand il s’agit de guider les Auxiliaires de l’HGJ et d’aider les patients

No Comment

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *