NouvellesSeptembre 2017

Un soutien majeur au Programme cardiovasculaire de l’HGJ grâce au nouveau Centre cardiaque Azrieli

Un don historique décrit comme un « cadeau sincère donné du fond du cœur pour le cœur »

La création récente d’un programme de formation polyvalent à l’intention de certaines infirmières spécialisées en soins cardiovasculaires à l’HGJ a joué un rôle déterminant pour prodiguer des traitements vitaux plus rapidement que jamais aux patients victimes d’une crise cardiaque arrivant au Service d’urgence.

Naomi Azrieli

Naomi Azrieli

Il s’agit seulement de l’une des améliorations spectaculaires (certaines ont déjà été implantées, tandis que d’autres doivent encore être mises en place) rendues possibles par le biais du Centre cardiaque Azrieli, dont le lancement officiel a eu lieu lors d’une conférence de presse à l’HGJ à l’HGJ le 18 septembre, et qui a été créé grâce à un don remarquable de 20 millions de dollars de la Fondation Azrieli.

Un apport additionnel de cinq millions de dollars pour l’aménagement de nouvelles installations de soins intensifs au sein de l’Unité de soins intensifs médicaux chirurgicaux Azrieli, récemment ouverte, et 1 million de dollars pour la recherche, portent ce don à un total de 26 millions de dollars et en fait l’un des actes de philanthropie les plus généreux de l’histoire de l’HGJ et le plus important de la campagne de financement actuelle de l’HGJ.

« Il s’agit d’un cadeau sincère, donné du fond du cœur, pour le cœur», a déclaré Naomi Azrieli, présidente du Conseil d’administration et présidente-directrice générale de la Fondation Azrieli, aux dignitaires et aux invités présents à la conférence de presse qui a eu lieu au Carrefour Lea Polansky, dans le pavillon K de l’Hôpital.

Madame Azrieli citait un conseil de son défunt père, David J. Azrieli, qui disait qu’il ne suffisait pas de faire un don. Selon ce dernier, il fallait que ce don provienne du fond du cœur, avec la conviction que ce geste changerait les choses.

Elle a également souligné qu’elle-même, les trois autres enfants de la famille Azrieli et sa mère, Stephanie, qui était présente à la conférence de presse, étaient tous nés à l’HGJ. « Je crois que je parle au nom de tous les membres de ma famille en disant que nous considérons cet Hôpital comme le nôtre. Nous avons un lien très particulier avec l’HGJ et, au fil des ans, nous avons toujours été très fiers d’entendre parler de ses réussites. »

Dans un message vidéo, le premier ministre Philippe Couillard a remercié la famille Azrieli de ce don altruiste, et fait l’éloge du niveau de rendement élevé de l’HGJ. Gaétan Barrette, le ministre de la Santé et des Services sociaux, a dit qu’il s’agissait d’un don « extraordinaire » qui permettrait à un établissement chef de file comme l’HGJ de réaliser considérablement plus que ce qui aurait été possible en s’appuyant seulement sur le soutien du gouvernement. « Vous habilitez cet Hôpital à faire un bond vers l’avant pour prodiguer de meilleurs soins à tous les membres de la collectivité », a-t-il ajouté.

Le maire de Montréal Denis Coderre a parlé du don de la Fondation Azrieli comme d’un exemple parfait du support communautaire qui, avec la coopération de tous les niveaux de gouvernement, a permis à la ville de prospérer depuis 375 ans.

Le Dr Lawrence Rosenberg, président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, a déclaré que le don de la famille Azrieli « aura un objectif primordial : améliorer l’expérience-patient de ceux qui se tournent vers l’Hôpital général juif pour obtenir de l’aide. C’est le but suprême de notre Hôpital dans son ensemble, et l’objectif fondamental du réseau de soins de santé auquel nous appartenons ».

Le Dr Rosenberg a également souligné que le Nouvel An juif qui commençait dans trois jours, était un moment de renouveau et d’espoir, et que grâce à la Fondation Azrieli « nous pouvions être certains que cette nouvelle année, tout comme celles qui suivraient, serait réellement porteuse d’espoir en enrichissant les vies et en assurant le bien-être des innombrables patients qui se tournent vers nous pour recevoir des soins et être réconfortés et soutenus. »

À propos de la Fondation Azrieli

La Fondation Azrieli a été créée en 1989 pour réaliser les conceptions philanthropiques de Davi­d J. Azrieli, C.M., C.Q., M. Arch.

La Fondation a comme mission d’habiliter les personnes, de faciliter l’innovation et d’accroître les connaissances et la compréhension liées à la recherche de solutions pratiques et novatrices. Elle encourage la créativité et le sens artistique, tout en veillant à protéger l’héritage juif, la mémoire des survivants de l’Holocauste et un avenir juif brillant en Israël et ailleurs dans le monde.

La Fondation appui la recherche scientifique et la médecine, l’enseignement supérieur, l’enseignement sur l’Holocauste, la musique et les arts, l’habilitation de la jeunesse et la persévérance scolaire, l’architecture et les initiatives rehaussant la qualité de vie des personnes ayant des déficiences sur le plan du développement.

Dans certains cas, la Fondation gère ses propres programmes. Par exemple :

  • Le Programme Mémoires de survivants de l’Holocauste, recueille, archive, publie et distribue les souvenirs et les journaux personnels des survivants de l’Holocauste.
  • Le programme Azrieli de stage postdoctoral fournit un soutien financier généreux aux chercheurs chevronnés de sept universités israéliennes, ce qui leur permet de tirer parti de leur formation pour devenir des chefs de file dans leur domaine.
  • Chaque deux ans, les Prix de musique Azrieli attribue un prix de 50 000 $ à deux compositeurs de musique juive. Le gala célébrant les deuxièmes lauréats aura lieu à Montréal, en octobre 2018.

De surcroît, la Fondation Azrieli soutient des organismes comme Les Écoles Azrieli, à Montréal, la Fondation Miriam, à Montréal, le CIFAR Azrieli Global Scholars, Brain Canada et l’École de médecine Azrieli, à l’université Bar Ilan, en Israël.

Gaétan Barrette

Gaétan Barrette

Le Dr Lawrence Rudski, chef du Service de cardiologie de l’HGJ et directeur du Centre cardiaque Azrieli, et Edward Wiltzer, président du conseil d’administration de la Fondation de l’HGJ, ont également remercié la Fondation Azrieli et exprimé leur fierté de voir le nom Azrieli associé étroitement à celui de l’Hôpital général juif.

Selon le Dr Rudski et Serge Cloutier (directeur adjoint des soins infirmiers, Unités des soins critiques et des soins intensifs), le nouveau programme de formation mis en œuvre cette année a conféré à nombre d’infirmières de l’Unité des soins intensifs cardiaques des compétences qui leur permettent de prodiguer des soins dans le laboratoire de cathétérisme cardiaque. De même, les infirmières de ce laboratoire sont maintenant en mesure de prodiguer des soins dans l’Unité de soins intensifs.

Par conséquent, quand un patient victime d’une crise cardiaque arrive au Service d’urgence, souvent pour faire dégager ou réparer une artère coronaire ou un autre vaisseau sanguin essentiel obstrué, il est traité plus beaucoup plus rapidement qu’il y a même six mois. Les infirmières qui ont acquis les connaissances de base recevront prochainement une formation plus sophistiquée. Cette démarche reflète la reconnaissance de longue date de l’HGJ envers la valeur de la collaboration entre médecins, infirmières et une vaste gamme d’autres professionnels du secteur des soins de santé.

Dr Lawrence Rosenberg

Dr Lawrence Rosenberg

Le Dr Rudski, le directeur du programme de soins cardiovasculaires intégrés à l’HGJ et du Centre cardiaque Azrieli, explique que quand les infirmières reçoivent une formation hors de leur domaine de spécialisation, un plus grand nombre de professionnels sont aptes à réagir plus efficacement à plus de situations où une vie est en danger.

Les résultats, que le Dr Rudski décrit comme « spectaculaires » ont permis à l’HGJ de réaliser les objectifs fixés par le ministère de la Santé et des Services sociaux en ce qui a trait au temps écoulé avant le début d’une intervention avec cathéter, comme une angioplastie, auprès les patients victimes d’une crise cardiaque.

« Le Service des soins infirmiers est extrêmement reconnaissant à la Fondation Azrieli d’avoir fait un don d’une telle générosité », ajoute M. Cloutier. « Il nous permettra de continuer à accroître notre savoir-faire et à rehausser la qualité des soins que nous prodiguons à nos patients. »

Denis Coderre

Denis Coderre

Le point focal du Centre cardiaque Azrieli est l’Unité cardiovasculaire, située dans les pavillons K et E. Toutefois, le Dr Rudski précise que l’ouverture du Centre cardiaque n’a pas exigé de nouvelles installations ni d’importants investissements en capitaux pour la technologie. En effet, l’équipement à la fine pointe de la technologie est déjà en place au pavillon K, et cet édifice a été inauguré il y a moins de deux ans.

Le Centre cardiaque sera une ressource qui permettra de consolider les programmes cliniques, académiques et de recherche de la Division de cardiologie, qui sont largement reconnus comme étant parmi les meilleurs au Québec et au Canada. « Ma philosophie a toujours été de préférer bâtir des programmes plutôt que des édifices », ajoute le Dr Rudski.

Bien que la famille Azrieli ait attendu jusqu’au 18 septembre pour annoncer officiellement le don, des fonds ont commencé à être versés au Centre cardiaque et à l’Unité des soins intensifs plus tôt cette année.

Naomi Azrieli précise que c’est « un privilège » pour sa famille « d’avoir été en mesure de faire beaucoup de bien auprès de nombreux organismes cette année, et nous tenions à ce que chacun soit mis à l’honneur ».

Dr Lawrence Rudski

Dr Lawrence Rudski

« En attendant jusqu’à maintenant pour faire cette annonce, nous avons trouvé le bon moment pour que l’Hôpital général juif reçoive l’attention qu’il mérite. Nous voulions déterminer comment souligner le superbe travail effectué par l’Hôpital et la meilleure manière dont nous pouvions l’appuyer. »

Madame Azrieli dit que la Fondation de sa famille a décidé d’appuyer l’HGJ « en raison de l’excellence de la recherche menée dans cet établissement, de la démarche novatrice de l’HGJ en matière d’éducation et des soins centrés sur le patient. Nous voulons aider l’Hôpital à être dans la meilleure position possible pour faire ce qu’il fait le mieux ».

Madame Azrieli explique que la proposition d’un Centre cardiaque était particulièrement convaincante en raison de « l’incidence transformatrice d’un tel Centre, sur les soins prodigués aux patients et sur les résultats, se ferait sentir dans l’ensemble de l’Hôpital. Le Centre permettra à l’établissement de jouer un rôle accru à Montréal, au Canada et à l’échelle mondiale. »

Dans une large mesure, le don à l’Unité des soins intensifs est également l’expression de la gratitude de la famille pour les soins prodigués au père de Madame Azrieli, au sein de l’Unité des soins intensifs peu de temps avant son décès, en 2014. « Au cours des années, un certain nombre de membres de notre famille et d’amis ont été soignés dans cette unité », ajoute Madame Azrieli, « et ils ont tous bénéficié d’une excellente expérience-patient. »

Grâce à l’appui du Centre cardiaque Azrieli, les initiatives suivantes sont maintenant engagées :

  • Le Dr Michael Goldfarb, un cardiologue, a été recruté à titre de directeur de la Qualité de l’Unité des soins intensifs cardiaques. Il sera notamment chargé d’étudier comment accroître la qualité des nouvelles activités de l’Unité des soins intensifs (comme l’Unité de soins intensifs médicaux chirurgicaux Azrieli) pour les patients de l’Unité des soins intensifs cardiaques. Bien que cette démarche semble raisonnable, elle n’a pas encore été mise à l’essai auprès des patients souffrant de problèmes cardiaques.

Le Dr Goldfarb cherche également à accélérer le rétablissement des patients souffrant de problèmes cardiaques par le biais leur mobilité précoce, c’est-à-dire en encourageant l’activité physique le plus rapidement possible. Son travail clinique sera appuyé par des recherches sur la manière d’optimiser les soins prodigués aux patients frêles souffrant de problèmes cardiaques.

  • Nous nous attendons à un essor considérable des interventions chirurgicales assistées par robot, voire doubler leur nombre au cours des prochaines années. Le programme de robotique, sous la direction du Dr Emmanuel Moss en partenariat avec le Dr Jean-François Morin et le Dr Felix Ma, est un effort d’équipe comprenant des infirmières et des perfusionnistes de salles d’opération, des anesthésiologistes et des membres du personnel du laboratoire de cathétérisme cardiaque. L’HGJ offre la gamme la plus vaste d’interventions chirurgicales cardiaques hybrides et robotiques de tous les hôpitaux au Québec.
  • L’HGJ a accueilli son premier stagiaire postdoctoral en cardiologie gériatrique. Le nouveau stage, probablement le premier de la sorte au Canada, voire en Amérique du Nord, a été développé par le Dr Jonathan Afilalo, cardiologue à l’HGJ. Ce poste donne aux cardiologues l’occasion de rehausser leurs compétences en gériatrie et aux gériatres d’acquérir un savoir-faire accru en cardiologie, par le biais de la recherche et de l’exposition clinique. La cardiologie gériatrique est considérée comme un domaine d’une importance cruciale, puisque la proportion de la population vieillissante ne cesse d’augmenter, et ces personnes requièrent un nombre accru de traitements médicaux et chirurgicaux complexes.
  • Un fonds de dotation a été établi pour un stage postdoctoral en imagerie cardiaque. Un nouveau stagiaire sera recruté chaque année, pour poursuivre ses études auprès d’un médecin en échocardiographie ou pour participer au stage postdoctoral en imagerie multimodale de l’HGJ, qui est unique au Canada. Ce stage postdoctoral illustre la tradition d’excellence de longue date, les programmes notoires à l’échelle internationale, et l’équipe de médecins chevronnés, dirigée par le Dr Igal Sebag, de la Division de cardiologie.
  • Des fonds ont été attribués pour appuyer les recherches du Dr David Langleben, précédemment chef du Service de cardiologie de l’HGJ, et éminent spécialiste de renommée internationale en hypertension pulmonaire. Les recherches du Dr Langleben vont de la physiologie cellulaire de base aux essais cliniques de pointe.
  • Comme l’éducation est essentielle pour assurer l’excellence des soins prodigués aux patients, un fonds a été créé pour permettre aux infirmières de cardiologie d’assister aux congrès nationaux et internationaux et d’être ainsi en mesure de transmettre les nouvelles connaissances aux autres membres du groupe.

Également prévu ou envisagé :

  • Le Centre cardiaque Azrieli espère acquérir un appareil d’imagerie par résonance magnétique (IRM), qui sera partagé avec les chercheurs d’autres domaines de spécialité à l’HGJ, aux fins de recherches. L’IRM est particulièrement utile en cardiologie, puisqu’elle aide à simplifier l’anatomie cardiaque et vasculaire complexe. Elle permet aussi de différencier facilement les tumeurs, des caillots et des cicatrices, une distinction qui serait autrement possible seulement par le biais d’une biopsie. En outre, l’IRM fournit de l’information extrêmement précise au sujet du volume du cœur pour mesurer la fonction cardiaque.
  • Un centre de simulation qui permettrait de former un grand nombre de différents professionnels des domaines liés aux maladies cardiaques afin de susciter une collaboration plus étroitement à titre d’équipe. Les membres du personnel seraient placés devant des situations exigeantes, comme des urgences fictives et d’autres simulations comportant des patients gravement malades souffrant de problèmes cardiaques.
  • La Division de cardiologie dans le cadre de son rôle au sein du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal souhaiterait développer des liens avec les services communautaires ou les consolider. Ces liens sont d’une grande importance puisque les soins hospitaliers sont seulement l’un des éléments de la trajectoire de soins d’un patient souffrant d’une maladie cardiovasculaire. Les initiatives prévues comprennent un programme d’insuffisance cardiaque à l’extérieur de l’HGJ, un programme de réadaptation cardiaque largement accessible et des outils améliorés pour faciliter la communication avec les professionnels des soins de santé de la collectivité et la diffusion des services éducatifs qui leur sont offerts.
Previous article

La tradition juive n’exige pas que la vie soit prolongée sans discernement

Next article

Allen F. Rubin reçoit le Prix de service exceptionnel de l’HGJ

No Comment

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *